topblog Ivoire blogs

08/11/2012

Tremblement des Gouvernements Africains (Code 10) : Possibilité de rehausser le social par la création d’emplois »

 

Tremblement des Gouvernements Africains (Code 10) :

« Possibilité de rehausser le social par la création d’emplois »

Code 10

La politique sociale est celle par excellence de tout le temps. C’est ici que le Roi Salomon de l’Histoire juive a vu sa personnalité revêtir d’une couronne incomparable, car seule la sagesse/intelligence est susceptible de raser le raisonnement cynique dans le cercle des décideurs.

En effet, la composition française évolue impérativement en trois volets, qui sont : l’entrée en matière, le développement et le dénouement. Il en est de même des systèmes humains, étant appelés de subir des sérieuses mutations ; car l’immuabilité d’une situation n’est toujours pas prévisible. Dans le cas d’espèce ; il est divers tremblements de terre, de guerre, de pensée, des gouvernements, des systèmes, y compris des révolutions.

La décolonisation a soulagé l’Afrique des fléaux lui infligés autrefois par les forces coloniales, d’une part ; d’autre part, la dictature a été rasée par la démocratie.

Eu égard à ce qui précède, toutes ces successions précédemment énoncées font partie des étapes qu’ont franchies le colonisateur ; en revanche, il les a léguées à la race colonisée. Malheureusement, les Gouvernements africains sont beaucoup plus liés à la démagogie permanente qu’à la recherche des voies et moyens pour créer les emplois permanents et durables. L’espoir fait vivre, dit on ; mais la politique africaine  n’émet naturellement pas le concret. Ceci est démontrable bien que la politique en soit, est une démagogie calculée (supercherie).

Pourquoi se scléroser sur la politique sociale ? La technologie et les infrastructures africaines du 21e Siècle peuvent facilement avoisiner  l’espace développé ; mais le social éloigne radicalement  l’Afrique de l’espace utile de la planète. Or le présent cas ne s’intéresse qu’à l’aspect social.

Aucun peuple ne peut se contenter des infrastructures sans amélioration significative de sa politique sociale ; c’est pourquoi, l’Afrique connait des séditions répétées, traduisant une redistribution inéquitable des ressources naturelles. Certainement, la démocratie est un luxe pour l’Afrique ; ici, cette évaluation salue l’analyse de Jacques Chirac, ancien président français/Maire de Paris.

L’emploi et le social sont deux concepts indissociables, et l’interaction entre l’homme et l’environnement vient en seconde position. Ici, cette étude tente de rejoindre le raisonnement de l’agenda 21 du sommet de la terre de Rio de Janeiro. Ceci veut dire explicitement que tout projet que développe un gouvernement devrait respecter une certaine hiérarchisation ; curieusement celui oiseux occupe la place prépondérante car les intérêts du décideur prévalent sur ceux de la grande population. Par conséquent, l’apocalypse sociale en Afrique sera excitée par des telles pratiques malencontreuses ; or les signes précurseurs ne cessent d’alerter ceux actuellement Decision et Policy Makers.

Analyse :

Le tremblement n’arrive pas tout le jour, comme disent les spécialistes de la sismologie ; c’est pourquoi des nouvelles constructions/stratégies tiennent compte des catastrophes naturelles à venir.

Il y a donc possibilité de rehausser le social à travers une politique permanente de création d’emploi. Certes, lorsque l’analyse scrute les gouvernements africains ; régulièrement, des emplois naissent car différents investisseurs abondent. Mais qui est bénéficiaire de toutes ces merveilles ? Seul le couloir du pouvoir (proches et leurs relations)

Intercéder pour qu’il y ait tremblement des Gouvernements africains signifie que l’Afrique a besoin de provoquer des sérieuses reformes, en vue de prôner pour toujours l’égalité de chance.

L’Afrique centrale a beaucoup développé cette culture oligarchique, car la plupart de ceux qui sont soit Policy makers, soit decision makers pistonnent leurs proches à des postes stratégiques ; tous ces mouvements se font dans la fonction publique, différents cabinets ministériels et présidentiel. Quand au secteur privé, ils se permettent de faire des recommandations illégales et tendancieuses pour placer des pions partout.

Eu égard à ce qui précède, il convient de dire que ces conclusions viennent des éléments empirique de la région centrale de l’Afrique ; laquelle culture se répand et dans la partie australe, occidentale, Maghrébine, voire orientale de l’Afrique. Pour étayer cette thèse, vous verrez que tout chef de l’Etat africain, digne de ce nom, gère la RES Publica avec ses enfants/proches. Poussant l’analyse plus loin, le leadership africain est confondu à celui ancestral où le trône était héréditaire.

Rares sont ceux qui se plient aux caprices de leur obédience politique, sinon la grande partie associe leurs enfants/proches de famille au pouvoir. Pour renchérir, le secteur privé de l’Afrique est détenu par des cadres ayant déjà hérité de cette mauvaise pratique, laquelle consistant à écarter le meilleur au profit des leurs. D’où l’affirmation selon laquelle l’expertise ne paie pas en Afrique.

La démocratie a difficilement marché en Afrique, car la culture africaine combat efficacement ses effets/liberté et tolérance. Néanmoins certaines exceptions peuvent confirmer la règle, c'est-à-dire que le parti politique au pouvoir conserve le trône ; sans empêcher d’autres militants de présider au devenir de leur pays.

Pour ce cas précis, une dizaine des pays africains se sont distingués, mais le reste enrichit toujours la tendance de l’hérédité présidentielle ou encore une ploutocratie/Oligarchie permanente.

Il n’est pas exclu de bâtir un empire d’affaires, à l’instar du prince de Riyad, où l’on sera président Directeur Général à vie ; mais pas importer la mentalité archaïque à la société moderne.

Possibilité de rehausser le social par la création d’emplois

 

Un tremblement, insignifiant soit il, livre/laisse toujours des dégâts après son passage. C’est à ce titre que les gouvernements responsables de l’Afrique doivent se soumettre au tremblement ; bien que défavorable aux intérêts égoïstes. Par conséquent, l’insertion de ces éléments dans les affaires quotidiennes des gouvernements concernés, est susceptible de provoquer le tremblement tel que souhaité par tous ;

1.      Egalité de chance dans la sélection des cadres et officiels/technocrates

2.      Egalité de chance dans la passation des marchés

3.      Equilibrer les salaires dans la fonction publique ; pas des grandes dichotomies/clivage : redéfinir un SMIG raisonnable

4.      Création de la classe moyenne, tout en conservant le principe d’égalité de chance ; sinon rien n’aurait amélioré.

5.      Faciliter l’explosion des petites et moyennes entreprises ; en occasionnant des exonérations circonstancielles.

6.      Encourager les micros projets/micro financement

7.      Combattre l’approche ethnico tribale et le favoritisme ; Eléments susceptibles d’empêcher le développement intégral

8.      Améliorer la sécurité sociale, à travers la redistribution équitable des ressources nationales (Santé et éducation accessibles à tous, et biens de première nécessité à la portée de toutes les bourses).

9.      Création d’agences sociales, bien structurées, avec budgets conséquents.

10.  Exonérer la taxe sur deux produits les plus consommés par toutes les classes sociales ; à titre d’exemple, en RDC : exonérer la taxe sur la farine de Maïs et viande (toute sorte).

L’Afrique a besoin de ce code 10, traduit par dix résolutions ; sans lesquelles il sera quasi impossible de rehausser la vie sociale. En outre, la création d’emploi et le social sont deux éléments indissociables les plus attendus de toute l’Afrique ; vu que l’élite migre vers l’espace évolué parce que son continent n’offre pas un bon climat pour émerger.

En conclusion, ces résolutions ne seront forcement pas saluées, étant donné que le couloir du pouvoir vit au dépens de l’ingérable de la population. Si le Décideurs africains s’évertuent à faire le nécessaire pour adopter le code 10 ; l’apocalypse sociale ne verra jamais le jour et la diaspora africaine ne gonflera pas abusivement.  En d’autres termes, le tremblement des gouvernements africains équivaut au sacrifice suprême que j’appelle Boire L’eau du Rocher (chose n’étant pas facile naturellement).

Cliff Yumba Mpiana WANE

Senior Business Advisor/Policy strategist

Tel: +243815777775

Email: cliffwane@hotmail.com

Skype : cliffwane

Cliff Wane Consulting

Lubumbashi, RDC

12:49 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.