topblog Ivoire blogs

06/11/2012

La Méthode BIC : Analyser la portée d’une relation

  • La Méthode BIC : Analyser la portée d’une relation

    Etudes empiriques (Approche pycho développement) finalisées par Cliff Yumba Mpiana Wane, Senior Business Advisor  et Motivational Speaker chez Cwconsulting

    De l’Egypte Pharaonique au monde actuel, une relation bien entretenue revêt toujours un caractère spécial ; étant données ses implications. C’est pourquoi, la plupart d’érudits et sages s’intéressent à toute catégorie appartenant à une société donnée, car disent ils que la solution émane souvent de la moindre des propositions.

    Le peuple latin ne cessait de dire que l’Homme est un loup pour l’homme bien que la société ait toujours besoin du loup pour s’en sortir. Certes, il faut se méfier de l’Homme car ses visées sont décevantes et surprenantes ; mais son intervention demeure utile dans certaines circonstances particulières. C’est ici que la vie a vu le jour, car l’Homme ne pouvait pas s’en passer de son semblable et mieux émerger.

    La trahison et la déception sont deux concepts qui sont presqu’indissociables ; car l’Homme a été créé pour subir les conséquences qu’elles engendrent. D’où l’analyse de la portée d’une relation de haute facture, à travers l’usage de la méthode multifonctionnelle BIC. En conséquence, certaines questions surgissent lorsque les choses ne semblent pas évoluer, à la manière de leur concepteur. « Pourquoi sommes-nous ensembles ? Qu’est ce qui m’avait poussé de tisser cette relation ? Pourquoi suis-je venu ? Etc.» ces questions analytiques montrent l’incapacité de l’Homme, quant à la gestion d’une crise imprévisible. Donc, il est un être paniquard.

    Si le concept Bic ramène l’esprit de l’Homme au stylo à bille ; la méthode, quant à elle, pousse à scruter et à comprendre toute secousse accompagnant une relation. Pourquoi et comment telle situation s’est produite subito, sont désormais les questions auxquelles la présente approche va faire face.

    BIC  Balance   Introspection   Commencer ou décider

    o   Balance

    La balance est souvent utilisée pour déterminer le poids d’un objet ou d’une relation. Dans le cas d’espèce, il est question de la relation demeurant jusqu’ici à spécifier.

    La relation est une bonne chose lorsqu’elle est productive ; mais devient ennuyeuse lorsqu’elle génère des ingérables situations.

    Il arrive que deux personnes ou deux institutions développent une relation d’intérêts mutuels ; curieusement, le cycle vital provoque toujours, à tort et à travers une rupture incalculable. Que faire, car personne ne pouvait diriger ses analyses vers la direction de la cassure ?

    « Je l’ai aimée vraiment ; malheureusement, sa trahison a choqué mon cœur. Par conséquent, cette relation est appelée à disparaitre illico. Nous avions soutenu son ascension fulgurante à la magistrature suprême ; curieusement, il se fait ami de nos ennemis. OK, il en aura pour son compte. »

    Faisant référence à l’analyse précédente, trahison et fidélité sont tellement proches ; à tel enseigne que cette dernière peut basculer sans que quelqu’un intercepte un seul signe d’infidélité « Tu Quoque Fili ; toi aussi mon fils ».

    En rapport avec toute cette description détaillée, l’Homme est appelé d’analyser minutieusement le bien fondé d’une quelconque relation avant toute éventuelle rupture. «  Puis je tenir, après la rupture ? Ou encore, ma décision est le fruit d’une pression infondée ? » Naturellement, toute relation devrait être pesée, filtrée et analysée ; avant d’être déclarée vitale.

    Ce n’est qu’après analyse minutieuse que la décision viendrait.

    o   Introspection

    La balance est faite pour évaluer l’impact de la relation que l’on entretient avec telle personne/institution ; tandis que l’introspection, quant à elle, devient l’analyse personnelle et sécrète que fait toute personne appelée à sortir des graves et importantes décisions.

    Il est de fois que l’Homme arrive à tirer des conclusions irréfléchies, à cause de l’influence de son sillage. Curieusement, son futur s’obscurcit parce que le vouloir des autres s’est ingéré à l’instar de la maladie introduite subito dans un corps humain. Sur ce, quelle que soit la classe sociale de l’Homme, les remords l’attaquent impoliment, et son être intérieur en souffre ; c’est pourquoi, mieux analyser une question serait la bonne voie d’échapper au chaos.

    « Jeter son dévolu est un aspect non négligeable ; rejeter l’offre est aussi tolérable. Naturellement, les conséquences de ces deux attitudes sont toujours affreuses et mortelles. Alors, pourquoi l’Homme court après l’amour ? Je donne ma langue au chat. »

    Les discussions sont diurnes, mais les remords atterrissent pendant la nuit. De manière concrète, les grandes et importantes décisions doivent émaner de la personne appelée à subir les conséquences ; sinon…

    o   Commencer ou Décider

    La relation demeure une réalité inchangeable et irréfutable, car sans elle la vie ne sera pas succulente. C’est pourquoi, la prise des grandes décisions, bien que salvatrice, demande beaucoup de temps ; sinon les conséquences retournent naturellement contre son auteur.

    En effet, la décision est une étape très  importante dans la vie de l’homme ; parce qu’elle permet à quiconque l’utilise de franchir la barrière de la stagnation.

    Analyse du stratège

    La vision et la vie ne doivent pas se dissocier ; d’une part, l’Homme projette de réaliser certains objectifs à spécifier, d’autre part les secousses de la vie l’en empêchent.

    En effet, l’utilité d’une relation est fonction de ce que l’on poursuit. Pourquoi fréquenter quelqu’un, lorsque la garantie de quelque chose n’est pas préalablement spécifiée ? En outre, l’amour et l’affection sont toujours basés sur des principes d’intérêts mutuels. Par conséquent, la prise hâtive d’une décision n’est pas recommandée ; car les implications d’une pareille attitude entrainent naturellement la mort ou les flétrissures morales.

    De manière succincte, l’analyse de la portée d’une relation est à considérer scrupuleusement afin de ne plus succomber dans l’océan de l’erreur monumentale. Cliff Yumba Mpiana Wane Dixit.

    Cliff Yumba Mpiana WANE

    Motivational Speaker/Policy strategist: Cliff Wane Consulting

    Chargé de recherche et prospection de la Coopérative Minière COMIPAD

    Tel: +243815777775

    Lubumbashi, RDC

12:55 Publié dans Blog | Tags : cliff wane, bic, relation | Lien permanent | Commentaires (0)

La Méthode VIA : L’efficacité d’une stratégie dans une société

  • La Méthode VIA : L’efficacité d’une stratégie dans une société

    Etudes empiriques (approche du Management politique) finalisées par Cliff Yumba Mpiana Wane, Senior Business Advisor  et Motivational Speaker chez Cwconsulting

    La société du 21 e siècle est assujettie à des spéculations et diverses secousses d’ordre général. En vue d’amplifier la présente thèse, plusieurs des méthodes soit disant efficaces n’ont pas soulagé la misère croissante de la population africaine et du reste de la planète ; bien que le système actuel nous parle de G8, de G20, de non alignés et des BRICS.

    Eu égard à ce qui précède, les mesures draconiennes/plans d’austérité ainsi que la rigueur des institutions financières, en l’occurrence le réajustement structurel et autres reformes coriaces facilitent la croissance économique ; tout en fragilisant le quotidien des habitants frappés directement par ces grandes stratégies économiques. Qu’ont ils gagné, après avoir assommé toute une génération ?

    La Méthode VIA, de l’approche Management Politique, est susceptible de rehausser/relancer le standing de vie dans une entité ou encore une économie affaiblie par un leadership déficient. Naturellement, l’Homme use du concept « via » pour indiquer une direction ou trajectoire ; je voyage à Dakar via Addis Abeba. Donc le concept en cadence est utile car facilite la compréhension de l’auditeur.

    Faisant référence à l’explication minutieuse du concept via ; la méthode quant à elle facilite une mise en place conséquente en vue d’accoucher des résultats satisfaisants.

    En effet, toute stratégie n’est pas conçue pour solutionner directement un problème ; mais une mise en application conséquente facilite l’insertion d’une nouvelle approche dans la société cible.

    La Méthode VIA

    o   V : Viabilité et Vision

    La société du 21 e siècle, en l’occurrence l’Afrique, est dominée par l’aventure ambigüe et la prétention mal placée. Sur ce, la plupart des politiciens et exécutifs font croire aux auditeurs que leurs capacités intellectuelles et innées peuvent solutionner des grands dossiers. Or la réalité en est que leurs allégations sont apologétiques et démagogiques.

    En vue d’étayer la précédente analyse, la plupart d’entreprises privées et étatiques ont été victimes des terribles escroqueries intellectuelles ; après avoir confié la direction de leurs activités à des farceurs et managers véreux. En d’autres termes, certaines personnes victimes d’amour ont tenté de s’émasculer parce que leurs amies n’avaient jamais tenu promesse. A cet effet, une simple mauvaise gestion, substituée à une flétrissure, peut provoquer diverses conséquences chaotiques ; à l’instar des révolutions mal orientées et de mauvais gout.

    Vision 

    La vie et la vue permettent à l’homme de mener la vie paradisiaque, car les deux lui donnent accès au gout de la bonne vie. En revanche, vie et vue sans vision ne mènent qu’à la disette ; étant donnée l’insuffisance du savoir qu’incarne pareille situation.

    En effet, l’Homme demeure une bombe spirituelle ; car capable d’influencer, d’innover, de persuader et de convaincre. De manière sommaire, l’Homme est un explosif à effets durables et itératifs.

    Eu égard à ce qui précède, tout Homme sans vision est semblable à un engin sans frein ; c'est-à-dire que vents et marées l’influencent à leur guise. En outre, toute surprise négative est à sa portée ; et la victime primaire demeure sa société d’appartenance.

    C’est ici que l’Homme devra comprendre que tout leader ou exécutif sans vision est appelé à céder son fauteuil au visionnaire. A titre d’illustration, nous avons vu l’Afrique présenter des Exécutifs et officiels sans vision ; curieusement, au terme de leur mandat, seuls délabrement et destructions ont été signalés comme legs.

    La vision apporte à toute société aisance et progrès, car toute action est soumise aux règles de jeu. « En tant que chef de cabinet du Président de la République ; je ferai de mon mieux pour que le gros des questions inhérentes à la politique sociale soit amplement approuvé par le chef». Ce genre d’objectif prouve à suffisance l’efficacité d’une détermination ; Pas nécessairement chercher le fauteuil du conseiller Spécial, sans aucune vision. « Pourquoi voulez vous être un conseiller spécial du chef de l’Etat ?  J’en suis capable. Ici, la capacité nous intéresse peu, car seule la vision de réaliser quelque chose parait intéressant». 

    Pas une bonne réponse « j’en suis capable », car toute vision prometteuse devrait être claire et nette. Ou bien, vous avez des visées obscures que celles du visionnaire. Bref, cette analyse vogue dans tous les secteurs que nous connaissons. Imaginez que Luther King avait « J’ai un rêve» ; quelques décennies après, les effets du rêve sont sortis. Quel rêve ou vision avez-vous ?  Isolé ou critiqué, ayez un rêve positif et perçant, et le changement tant attendu s’imposerait. « Voir DARE strategy, by cliff Yumba Mpiana Wane; dreaming, taking Action, Reaping, Enjoying»

    Viabilité 

    vision et viabilité sont des concepts usuels, car tout le monde parle de ses effets. Comment déceler la viabilité d’une vision ? Certes, toute vision n’est pas viable ; car certaines appâtent des financiers à des fins d’escroquerie.

    En définitive, la viabilité d’une vision est à évaluer avec le niveau du sérieux qu’a le visionnaire, y compris sa capacité de l’entretenir. « Je vais organiser une conférence à la fin de cette année » ; c’est parfait, mais quelles sont les stratégies prises en vue de concrétiser le vœu d’organiser la manifestation ?

    En peu des mots, la méthode VIA permet aux électeurs, recruteurs ou comité directeur de placer des compétences clés aux postes clés ; en vue de rendre efficace la stratégie allouée à la mission assignée. Seul le visionnaire peut placer un visionnaire au poste convenable, sinon ça sera l’hécatombe de l’entité.

    o   « Implement »/implanter 

     Mise en œuvre  ou ramener l’architecture au monde réel. C’est ici que la plupart d’architectes présentent au public leur savoir faire ; « Allez vous reproduire avec exactitude ce qu’a conçu l’architecte ?»

    L’architecte ou concepteur a finalisé son architecture/conception ; quant à l’exécutant de confirmer son travail par une présentation matérielle. Ici, il n’est toujours pas facile de matérialiser un souhait ou desirata, car la plupart d’officiels et exécutifs ont construit/légué d’adorables et mystérieux châteaux en Espagne.

    Pour y parvenir, il faudrait mettre sur pied une technique d’accompagnement à effets directs; car toute stratégie a besoin d’être accompagné en vue d’éjecter des résultats escomptés. Qui consulter et comment sélectionner des consultants avisés ? Seules les méthodes EEE et TTT répondent à toutes les préoccupations de la société contemporaine.

    o   Accélérer et amplifier

    Accélérer une stratégie signifie l’appliquer scrupuleusement. En d’autres termes, la plupart des projets de grande facture n’atterrissent pas parce que le soit disant visionnaire et son équipe fixent leurs regards sur des profits directs ; alors égoïstes.

    En effet, l’efficacité d’une stratégie dans une entité revient à faire un élargissement conséquent du champ d’action ; c'est-à-dire que toute suggestion devrait être bien accueillie pourvu que le rêve soit concrétisé.

    Cliff Yumba Mpiana WANE

    Motivational Speaker/Policy strategist

    Tel: +243815777775

    Email: cliffwane@hotmail.com

    Skype : cliffwane

    Cliff Wane Consulting

    Lubumbashi, RDC

12:49 Publié dans Blog | Tags : via, cliff wane | Lien permanent | Commentaires (0)

La Méthode BOOM : L’avènement de la classe moyenne en Afrique

La Méthode BOOM : L’avènement de la classe moyenne en Afrique

Etudes empiriques (approche du Management politique) finalisées par Cliff Yumba Mpiana Wane, Senior Business Advisor  et Motivational Speaker chez Cwconsulting

La politique sociale est le moteur de toute économie qui se veut viable et stable. C’est pourquoi la plupart des pays dits émergents et développés affectent un budget conséquent à la politique en cadence.

En effet, l’Afrique n’a pas pu gérer cette politique, étant données les divergences d’opinions et d’intérêts. Néanmoins, il ya possibilité de créer la classe moyenne, à travers l’insertion de la méthode BOOM dans la gestion de la RES PUBLICA.

Eu égard à ce qui précède, les experts Sud Africains ont jugé indispensable l’insertion de l’approche BEE « Black economic empowerment » dans l’agenda Gouvernemental. Cette dernière a soulagé la misère de certains, car cette grande économie Africaine a vécu la création spectaculaire des millionnaires noirs ; autrefois politique utopique et presqu’impossible.

La RDC, quant à elle, a facilité la création des coopératives minières en vue de rendre effectif l’avènement d’une classe moyenne à l’Africaine. S’agissant des autres pays du même continent ; il est signalé une explosion des coopératives multisectorielles en vue d’alléger la pauvreté Africaine, à grande échelle.

A la lumière de toute la théorie en dissection ; les véritables objectifs assignés aux programmes respectifs n’ont pas touché totalement les cibles visées. En revanche, le déséquilibre économico social s’intensifie ; malgré la présence de toutes ces tentatives de grande envergure.

A l’opposé, la stratégie BOOM, comme l’indique la définition pratique du concept, permet à une entité de s’épanouir ; quel que soit le degré d’anomalies. Créer une classe moyenne devient expéditive avec BOOM ; car les méthodes EEE et TTT y sont partie intégrante.

BOOM : Business, opportunité, Occasion, Multiplier

o   Business « Apprendre comment créer la stabilité à la place de l’instruction conventionnelle devient l’élément susceptible d’asphyxier le sous emploi »

L’Afrique a hérité tout de la colonisation, y compris l’instruction. Curieusement, le chômage devient de plus en plus croissant ; parce que la qualité de l’enseignement est à désirer. Comment propulser le social, à travers la création d’emplois ; lorsque l’étudiant apprend uniquement comment intéresser le recruteur, à la place de « comment créer l’emploi, partant de sa formation professionnelle » ? Quel leadership entretient l’Afrique ou encore y a-t-il un leadership efficient dans la société africaine ? A mon humble avis d’analyste ; je ne peux donner que ma langue au chat.

Eu égard à ce qui précède, aucune classe moyenne ne verra le jour, si l’Afrique se focalise sur des principes inaccessibles, tel que …

Parler du boom économique ou de la période d’euphorie est plausible ; mais intégrer toutes les couches disséminées dans le bateau d’excellence serait la meilleure voie.

Les artisans du chômage croissant sont déjà identifiés en Afrique ; l’heure de corriger les anomalies est arrivée, en revanche. Ceci veut dire que les produits finis des universités peuvent valablement générer des emplois à leur guise ; si et seulement si ils ont reçu des stratégies y relatives ou cours spécifiques. Par conséquent, le B de la méthode BOOM encourage les autorités de tutelle d’intégrer un cours des techniques de création d’emploi à la fin du premier cycle universitaire. Voila ce qui pourrait alléger les effets du sous emploi africain.

o   Opportunité « Faciliter les produits finis de générer des emplois à leur guise »

La création de la classe moyenne n’est pas opération expéditive, car le bonheur des uns fait naturellement le malheur des autres. Il en est de même de la création d’une zone d’opportunités au bénéfice du public.

Dans la méthode VIA, il a été signalé que seul le visionnaire peut donner du tonus dans une entité ; alors au détriment de ses visées égocentriques. Quel suprême sacrifice!

Personne n’est distrait, mais les officiels influents n’arrivent plus à définir avec efficience la politique générale de l’appareil de l’Etat. En revanche, les entreprises créées par des valeureux particuliers ferment subito ; à cause de la carence des marchés. De manière explicite, la passation des marchés pose encore des grands problèmes ; et toute la planète en souffre. Ne peut bénéficier d’un marché que « le collègue (si pas un proche de famile)  soit de ma confrérie, ou de ma religion, ou de ma tribu, ou de ma race, ou de mon club et d’autres encore ». Cette indubitable réalité caractérise le quotidien du 21 e siècle, les Decision makers devraient évaluer les experts sur base de leurs offres et professionnalisme. Voir méthodes EEE et TTT

Comment saisir une opportunité insaisissable ? « Saisis ta chance/opportunité/carpe Diem ; quelle chance ? »

o   Occasion « l’entreprenariat est possible si l’occasion se pointe à l’horizon »

L’entreprenariat est un néologisme, car les institutions de tutelle sont incapables d’améliorer le climat des affaires. Par conséquent, on demande à tout le monde d’être entreprenant ; à l’instar de l’auto prise en charge.

La prospérité est à portée de tous ; néanmoins, l’Etat a le devoir de créer des belles  occasions aux entrepreneurs avertis, à travers une politique de faveur « voire paradis fiscal».

o   Multiplier « Capturer les opportunités et en offrir sont les devoirs de l’Etat et de l’entrepreneur/demandeur d’emploi »

La classe moyenne ne peut être créée qu’avec le concours actif de l’Etat. Ceci veut dire que l’operateur économique est attiré par le monopole du marché ; et ne pourrait en aucun cas faciliter l’entrée des nouveaux challengers en dance. Par conséquent, l’Etat a tout intérêt d’encourager la compétition avec justice et équité.

D’autre part, l’entrepreneur ou demandeur d’emploi est requis de multiplier ses stratégies en vue d’attirer le maximum possible des marchés vers son initiative.

Point de vue du stratège

La criminalité, le terrorisme, la corruption, la contrebande et la concussion en Afrique sont en voie de quintupler, à cause de l’inexistence de la classe moyenne. Ce qui fait que certains pays présentent un nombre croissant des millionnaires, des paisibles citoyens trop pauvres et  des milliardaires en pleine forme. Et la classe moyenne ? C’est décevant de voir l’analyste averti féliciter la croissance africaine, sans faire mention de la conséquence à venir. A mon humble avis d’analyste, je ne crois pas que ceux ayant usé la méthode SWOT en bonne et due forme peuvent vanter uniquement le trend croissant de l’Afrique. Ou bien, la méthode SWOT est utilisée différemment.

Quel clivage/dichotomie! 

Cliff Yumba Mpiana WANE

Motivational Speaker/Policy strategist: Cliff Wane Consulting

Chargé de recherche, exploitation artisanale et prospection de la Coopérative Minière COMIPAD

Tel: +243815777775

Email: cliffwane@hotmail.com

Skype : cliffwane

Lubumbashi, RDC